La psychanalyse

Il serait plus juste aujourd’hui de parler des psychanalyses que le la psychanalyse. Initié par S. Freud, les bases du travail analytique ont depuis été enrichies des apports de C. G. Jung, M. Klein, W. Reich, J. Lacan… Le point commun en reste qu’il s’agit d’une méthode d’exploration du psychisme humain dans ses strates qui échappent à la conscience immédiate.

Le travail est basé sur la parole du sujet avec ce qui, à travers elle, parle de l’inconscient, mais aussi à travers l’analyse des rêves, des lapsus, actes manqués et toutes les manifestations de l’inconscient dans les actes du quotidien.

L’objet du travail psychanalytique est d’assouplir les mécanismes de défenses qui, rigidifiés, nuisent à la libre circulation de la libido (l’énergie de vie) et par là même le retour des éléments refoulés.

La psychanalyse ne s’attaque pas directement au symptôme mais à ce qui à travers lui cherche à se dire ou à se dépasser du vécu du sujet et/ou qui fait sens au regard de celui-ci.

Le psychanalyste est, avec son patient, dans une relation dans laquelle ce qui se joue (appelé transfert) est interprété par l’analyste comme un archétype de ce que le sujet joue dans ces relations en général.

Stéphanie Duchesne